30 mai 2012 3 30 /05 /mai /2012 15:40

 

                        

                         On se ment toujours.   

                        Je sais bien, par exemple, que je ne suis pas jolie. Je n'ai

                 pas les yeux bleus dans lesquels les hommes se contemplent  ;

                 dans lesquels ils ont envie de se noyer pour qu'on plonge

                 les sauver . Je n'ai pas la taille mannequin ; je suis du genre

                 pulpeuse, enrobée même. Du genre qui occupe une place et

                demie . J'ai un corps dont les bras d'un homme de taille

                moyenne ne peuvent pas tout à fait faire le tour . Je n'ai pas

                la grâce de celles à qui l'on murmure de longues phrases, avec

                des soupirs en guise de ponctuation ; non . J'appelle plutôt la

                phrase courte . La phrase brutale ? L'os du désir,sans la couenne ;

               sans le gras confortable .

                       Je sais tout ça .

                      Et pourtant, lorsque Jo n'est pas encore rentré, il m'arrive

                de monter dans notre chambre et de me planter devant le miroir

                de notre armoire - penderie -- il faut que je lui rappelle de la

                fixer au mur avant qu'un de ces jours, elle ne m'écrabouille

                pendant ma  contemplation .

                      Je ferme alors les yeux et je me déshabille doucement,

                comme personne ne m'a jamais déshabillée . J'ai chaque fois

                un peu froid ; je frissonne . Quand je suis tout à fait nue,

                j'attends un peu avant d'ouvrir les yeux . Je savoure . Je

               vagabonde. Je revois les corps émouvants alanguis dans

               les livres de peinture qui traînaient chez nous ; plus tard

               les corps plus crus des magazines .

                        Puis je relève doucement mes paupières, comme au

                ralenti .

                        je regarde mon corps, mes yeux noirs, mes seins petits,

                ma bouée de chair, ma forêt de poils sombres et je me trouve

                belle et je jure qu'à cet instant, je suis belle, très belle même .

                       Cette beauté me rend profondément heureuse. Terriblement

                forte .

                        Elle me fait oublier les choses vilaines. La mercerie un peu

               ennuyeuse. Les parlottes et le loto de Danièle et Françoise - les

             jumelles qui tiennent le salon Coiff'Esthétique voisin de la

            mercerie. Elle me fait oublier les choses immobiles, cette beauté .

            

            

               Extrait    # 1 :

                   La liste de mes envies . 

             Grégoire Delacourt .

 

       c'est ma participation à  l' Instant " T " n° 37 chez Nikit@ .   

 

photos-3-2781.JPG

                                                        Cette photo que j'ai, de je ne sais où ...

              ( Qui a dit : " jai la mémoire qui flanche ... )

 

 

Partager cet article

Maya Lou Couture - dans Lectures .
commenter cet article

commentaires

valdy 31/05/2012

C'est un texte magnifique Maya Lou... merci pour cette découverte qui m'inspire,
Valdy

dimdamdom59 31/05/2012

Aujourd'hui mon annuaire a un an, je n'en suis pas peu fière, même si j'ai de plus en plus l'impression que trop de partage tue le partage!!!

Pas grave, mais que cela ne tienne, je t'invite à venir prendre le verre de l'amitié!!!

Bisous et toujours au plaisir de te lire, ici ou ailleurs!!!

Domi.

Trop bien, et vois-tu je ne te connais pas physiquement, et bien même si c'est de toi que tu devais parler, cela ne m'enlèverais pas l'idée que tu as une belle âme!!! Bisous ma douce Maya-Lou!!!

MamI 01/06/2012

Très joli texte, et le #1 me donne à espérer que tu nous en fera partager d'autres.
Bon WE

MARIE 03/06/2012

moi aussi j'adore les livres, mais moi aussi j'ai la mémoire qui flanche... j'ai quand même acheté un même livre trois fois en pensant ne pas l'avoir lu !... maintenant j'y regarde à deux fois
avant d'acheter un livre :)

Cela étant dit, c'est un très beau texte que tu nous présente... pour la fête des mères ? ces femmes qui sont toujours femmes mais qui à force de penser d'abord aux enfants, ont un peu perdu de
leur charme de jeunes filles...

Glycine blanche 03/06/2012

Très bel écrit qui montre à quel point la beauté est relative et dans la tête... Se sentir belle est bien important qu'être belle !! Bises et bon dimanche.

Partager cette page Facebook Twitter Google+ Pinterest
Suivre ce blog