Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
25 septembre 2012 2 25 /09 /septembre /2012 21:34

 

DSC04167.JPG

DSC04230.JPG

 

Je vis, je meurs ; je me brûle et me noie.
J'ai chaud extrême en endurant froidure ;
La vie m'est et trop molle et trop dure.
J'ai grands ennuis entremêlés de joie.

Tout à un coup je ris et je larmoie,
Et en plaisir maint grief tourment j'endure ;
Mon bien s'en va, et à jamais il dure ;
Tout en un coup, je sèche et je verdoie.

Ainsi Amour inconstamment me mène.
Et quand je pense avoir plus de douleur,
Sans y penser je me trouve hors de peine.

Puis, quand je crois ma joie être certaine,
Et être au haut de mon désiré heur,,
Il me remet en mon premier malheur.

 

Louise Labé, Sonnets, VII (orthographe modernisée), 1555

 

 

C'est ma participation à  l' Instant " T " n° 54 chez Nikit@  

 

Partager cet article

Repost 0

commentaires

MARIE 26/09/2012 21:59

moi, j'aurais pu le dire... :)
alors, le chat, regarde devant toi, c'est aujourd'hui, bientôt demain...

Armelle 26/09/2012 21:42

Coucou,
Je reviens...Merci pour ton petit mot...Je te retrouve toujours poétique...Bonne soirée...

Nikit@ 26/09/2012 21:26

Un Instant T. poétique ... Merci Maya ;o) Bises

arwen 26/09/2012 18:35

ah oui, quand même 1555....

:) 26/09/2012 17:56

Je ne sais pas qui l'a dit, mais j'essaie en lisant ce poème de profiter d'aujourd'hui.