Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
8 novembre 2011 2 08 /11 /novembre /2011 09:59
 

     Après avoir lu " Le coeur cousu " j'avais hâte de découvrir ce deuxième roman .

 

 

 

  Du domaine des Murmures  .

                                            Carole Martinez .

 

Extraits ( 1 )

 

 

                    Des dames du XII ème siècle, je ne saisirai donc

               cette fois encore qu'une image. Un reflet, vacillant,

               déformé .

                                                     Georges Duby .

 

Prologue .

                  On gagne le château des Murmures par le nord.

                  Il faut connaître le pays pour s'engager dans le chemin qui

               perce la forêt épaisse depuis le pré de la Dame Verte.

                                                                 .../ ...

   (Page 17)

                   Je suis l'ombre qui cause.

                         Je suis celle qui s'est volontairement clôturée pour tenter

               d'exister .

                         Je suis la vierge des Murmures .

                   A toi qui peut entendre, je veux parler la première, dire

                mon siècle, dire mes rêves, dire l'espoir des emmurées .

 

 

 

(page 36)


                      .../...Si je quitte le pays, jamais je ne pourrais revenir sur mes
                pas, je ne saurais pas. Ici le moindre arbuste m'est familier,
               l'un de chez nous l'aura planté ou vu germer.Rien ne m'appartient
              mais j'appartiens à cette terre et la quitter, c'est comme me

              précipiter dans le vide depuis la falaise de Hautepierre ou me

              jeter dans la Loue. Là où j'irai, on me comprendra même pas,

              les gens parlent autrement. Il me faudra marcher dans les pas

             de Pierre et vivre avec cette angoisse de le perdre de vue au

             détour d'un chemin.
              Je suis pas bien courageuse !
                               - Je le suis moins que toi encore ! Et je t'envie d'avoir

              couru librement sur les terres de mon père. On nous assomme

             de règles et de fables pour nous faire tenir en place, alors que le

             monde est le même au-delà du grand calvaire. Rassure-toi,

            l'horizon ne cache aucun démon. Peut-être serais -je moi aussi

           partie à l'aventure si je n'avais pas été si bien gardée depuis

           l'enfance ? Mais je n'ai trouvé un peu d'espace que dans le vol

           de mon faucon et dans la prière, la seule route que ce temps

           m'ait laissée est un chemin intérieur. J'ai creusé ma foi pour

           m'évader et cette évasion passe par le reclusoir.
           N'est-ce pas étonnant ?

 
 
 

Partager cet article

Repost 0
Maya Lou Couture - dans Lectures .
commenter cet article

commentaires

valdy 10/11/2011 21:55


Le destin des femmes au XIIème siècle (Duby a écrit d'ailleurs je crois "les dames du XIIème siècle -attends, je vérifie, oui !, une citation du même, la terrible fin (faim) des emmurées, un roman
écrit à la première personne ... tout pour me plaire,
Merci Maya Lou,
Bisou
Valdy


Armelle 08/11/2011 22:29


Merci pour ce partage...Je note, je note...Bonne soirée...


voyelle 08/11/2011 16:08


merci pour cet instant de lecture j'ai beaucoup apprécié !
des bises !


arlette 08/11/2011 15:05

bonne lecture alors Maya....
bisous

dame skarlette 08/11/2011 12:45


Merci pour cet extrait. C'est beau. Belle journée à toi . Bises